Michael Dans - Urubu

 
image - Michael Dans  - Urubu

A propos de Michael Dans - Urubu

Nous nous sommes éloignés de la maison sans dire un mot, soulagés de retrouver Han qui nous attendait à une centaine de mètres de la place Jadoulle.Des centaines de personnes étaient déjà à l’ouvrage, livides, évoluant frénétiquement dans une chorégraphie improvisée de nettoyage postapocalyptique.
La rue, totalement défigurée, empestait le mazout, les voitures étaient empilées comme dans une casse, les arbres et les pavés des trottoirs arrachés, l’eau qui s’était retirée laissait sur le sol une épaisse pellicule composée de boue et de détritus. 
Certains, le regard vide, réalisaient déjà qu’ils avaient tout perdu. Des rues voisines, quelques-uns s’étaient mobilisés pour proposer de l’eau, du savon et des biscuits. La Croix-Rouge intervenait d’un côté, les pompiers de l’autre et la police recensait les habitants dans les maisons touchées. 
Nous sommes montés dans la voiture de Han, ahuris mais saufs pour nous éloigner à bon train de la zone sinistrée.

Une vague impure est entrée dans ma maison et s’y est installée un jour et une nuit, se nourrissant de tout ce qu’elle contenait ; un gigantesque monstre brun est entré dans ma caverne et a effacé ma vie passée. J’ai perdu tous mes documents, mes objets, mes meubles, mes photos et mes souvenirs.

Ma mère m’héberge depuis les inondations. Je dessine sur la table dans le salon pendant des heures tous les jours. Ce processus me permet de me vider la tête et me reconstruire lentement. Je réalise des dessins très détaillés de vautours urubus. Les vautours qui sont des animaux grégaires inspirent le renouveau dans bien des cultures. Ils nettoient le sol des carcasses d’animaux en décomposition. Une dizaine d’espèces de vautours se nourrissent de différentes parties des cadavres à des étapes variées de la décomposition. 
Quand les derniers passent, ils mangent les os. Le rôle écologique des vautours est capital pour l’environnement. Ils sont les champions du recyclage.

Assurément, c’est en dessinant, en élaborant, de façon très minutieuse, des oiseaux qui recyclent, qui font disparaître les traces de la mort que j’opère ma réinsertion dans la société.
Je me suis intéressé aux urubus par hasard, je pensais que les charognards étaient des êtres malfaisants, intéressés, des profiteurs mais si quelqu’un est bien pourvu de ces défauts, il ne peut certainement pas porter le nom de ce noble animal.
L’idée de passage me fascine. Notre capacité à nous reconstruire m’interpelle. Notre disposition à nous recycler est fantastique.

Quand les urubus auront fait leur boulot, qu’ils auront complètement effacé le passage du monstre, la caverne sera propre et les ours pourront y revenir et donner à nouveau libre cours à leur fantaisie.


---


Diplômé en peinture de l’Ecole Supérieure des arts Saint-Luc Liège, Michael Dans multiplie les expositions solos et collectives et les résidences artistiques. De la même manière qu’il mène une vie itinérante, habitant tour à tour à Liège, Amsterdam, Helsinki, Berlin, Anvers…, Michael Dans s’exprime avec des techniques aussi différentes que l’installation, la performance, la sculpture, le dessin ou la photographie. Cette diversité se retrouve également dans les sujets abordés (mort, solitude, érotisme, enfance) et les formats utilisés : du dessin au mikado géant en passant par le lancé de 17 pierres précieuses dans un pré à l’occasion de Kunst & Zwalm. Depuis ses débuts, cet éclectisme lui permet d’échapper à tout type de catégorisation et de surfer avec aisance à travers les codes de l’art contemporain. Ainsi, Michael Dans inscrit chaque fois sa proposition dans un rapport spécifique avec les contextes d’exposition (architectural, conceptuel, etc.) afin qu’elle génère une pertinence propre. De manière subtile et ludique, il profite des différentes propositions de travail qui lui sont faites pour construire des interventions en perpétuel décalage et riches en détournements de situations. A la frontière des objets et des attitudes, il crée des œuvres porteuses de messages transmis à l’aide d’un humour cynique et critique sur un fond de mélancolie, d’introspection et d’érotisme.


- Dorothée Duvivier


---


Cette exposition fait suite à 2 expositions personnelles de l'artiste à Espace 251 Nord et à 15 participations dans des expositions collectives réalisées par Laurent Jacob.


Informations pratiques

Partage :

Autres événements qui pourraient vous intéresser

Autres événements Expos > Arts graphiques

Encore plus d'événements Expos > Arts graphiques
Encore plus d'événements Province de Liège
NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre newsletter:

Je m'inscris maintenant
VOTRE ÉVÉNEMENT
Si vous souhaitez ajouter un événement sur le site, cliquez ci-dessous
Ajouter votre événement

Thématiques

Evénements les plus consultés

ID : 108454
Editer l'événement SEO Espace administration