Cécile Granier de Cassagnac — Amétropisme

Expo » Peintures

Attention ! Cet événement a déjà eu lieu !

Informations pratiques

  • Gratuit
  • Archive
  • A propos de Cécile Granier de Cassagnac — Amétropisme

    Bien sûr qu’il y a des accidents, que l’artiste ne détermine pas tous les chemins de l’eau que vont emprunter les couleurs, ni la manière dont celles-ci vont se mélanger. Évidemment qu’il y a un intérêt réel – technique et esthétique – à se laisser porter par les matières et leurs déploiements imprévus. Cela permet de déplacer le geste, et de la mener parfois là où elle n’aurait pas pensé – ou peut-être pas osé.
    Cette indocilité de l’aquarelle est aussi ce qui a permis à l’artiste de s’amuser à contrôler les échappées, d’apprendre à diriger la couleur et à doser son dépôt, d’inventer des outils spécifiques pour ces gestes minutieux et d’acquérir ainsi une excellente maîtrise technique qui participe à la qualité de son travail, à la précision de ses œuvres et à leur immense potentiel de déploiement sériel. Alors oui, l’accident, qu’il soit réel ou potentiel, est constitutif de l’œuvre de Cécile Granier de Cassagnac, parce qu’il est intrinsèque à sa technique.
    Mais là où il n’est pas question d’accident, c’est dans le choix de cette technique. De cette technique qui se regarde et qui s’incorpore. De cette technique qu’il faut suivre et conduire, que l’on accompagne et qui guide, avec laquelle on se retrouve main dans la main et, pour l’artiste, face à face.
    C’est que l’aquarelle travaille le vivant.
    Et que le vivant est le sujet de Cécile Granier de Cassagnac. Ou, plus que son sujet, il est le contenu de son travail. Ce qui l’inspire et ce qu’il contient – quand bien même elle observe surtout ce vivant dans un état figé, statufié, (désincarné ?) aux musées ou dans les livres.
    Animaux taxidermés, fleurs fanées des herbiers, pierres en vitrines ou photographiées et autres objets fossilisés sont les sources de son travail et les éléments de son environnement. Ce qu’elle s’attache à (r)animer, à rendre vivant sur ses papiers.

    Claire Kueny, novembre 2018

    Cécile Granier de Cassagnac (1979)

    Travaille à Paris et à Pantin

    EXPOSITIONS PERSONNELLES

    2018

    Subliminal sanctuary, Jules Maeght Gallery, San Francisco

    2012

    Yishu 8, Pékin, Chine
    La théorie du ruissellement, galerie S.R, Paris

    2011

    Falcons, salon du livre, Abou Dhabi
    L’aposématisme joyeux, Chapelle du Carmel, Chalon sur Saône

    2009

    Ollie owl, Galerie AAA, Paris

    2008

    Le chant des grumes, Vestibule de la Maison Rouge, Paris.
    Parrot fever 2, Super, Paris.

    Photos de Cécile Granier de Cassagnac — Amétropisme

    Thématique(s) associée(s)

    Commentaires

    Cliquez pour evaluer
    Encore 0 caractères avant d'envoyer
    En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les conditions générales de Out.be.
    Auteur : ()
    Deconnectez-vous pour changer de profile
    Afficher plus de commentaires

    Les expos gratuites les plus intéressantes

    Autres événements : Expo

    Autres événements : Ixelles