Attention ! Cet événement a déjà eu lieu !

Informations pratiques

  • Archive
  • A propos de 1984

    « 1984 » (librement inspiré du roman de George Orwell)
    Dans le cadre de l’Opération Odyssée Théâtre de la Province de Liège

    Au Théâtre Proscenium, tous les mercredis, vendredis et samedis à 20h30 du 22 janvier au 7 mars 2020 + les dimanches 9 et 23 février à 15h00
    Réservations 0479 82 24 39


    Écrit en 1948, le roman dépeint une société vivant sous un régime totalitaire. Dans cette dystopie, Orwell anticipe jusqu’au paroxysme les moyens d’oppression qu’un État pourrait utiliser contre ses citoyens. Winston Smith travaille au ministère de la Vérité. Il ressent une volonté de mettre des mots sur sa révolte, intérieure et confuse. Contre toutes les lois qui gouvernent Océania, il décide d’écrire un journal intime.

    Un peu avant son décès, George Orwell profite d'une interview à la BBC pour mettre en garde : « Ne laissez pas cela se produire. Tout dépend de vous. »

    Une lecture pertinente de 1984 qui s’inscrit dans notre réalité de 2020.
    Selon un classement du Times, 1984 fait partie des 100 plus grands livres de langue anglaise. Considéré comme un chef-d’œuvre, c’est sans doute le plus célèbre des romans dystopiques d’anticipation jamais écrit. L’univers d’Orwell a inspiré de nombreuses œuvres artistiques (littéraires, cinématographiques, musicales, théâtrales ou graphiques) qui dénoncent les systèmes totalitaires. Les allusions à Big Brother dans la presse sont également très fréquentes, preuve que la société s’interroge sur l’hypersurveillance. Sans verser dans le conspirationnisme, en ouvrant simplement les yeux sur notre monde, il est aisé de constater à quel point l’anticipation d’Orwell est visionnaire.



    Une lecture pertinente de 1984 qui s’inscrit dans notre réalité de 2020.
    Selon un classement du Times, 1984 fait partie des 100 plus grands livres de langue anglaise. Considéré comme un chef-d’œuvre, c’est sans doute le plus célèbre des romans dystopiques d’anticipation jamais écrit. L’univers d’Orwell a inspiré de nombreuses œuvres artistiques (littéraires, cinématographiques, musicales, théâtrales ou graphiques) qui dénoncent les systèmes totalitaires. Les allusions à Big Brother dans la presse sont également très fréquentes, preuve que la société s’interroge sur l’hypersurveillance. Sans verser dans le conspirationnisme, en ouvrant simplement les yeux sur notre monde, il est aisé de constater à quel point l’anticipation d’Orwell est visionnaire.Depuis la sortie du film de Michael Radford avec John Hurt et Richard Burton, notre imaginaire de spectateur est fortement conditionné par une « certaine esthétique » de l’univers orwellien : ville en ruines à l’allure post apocalyptique, atmosphère sombre et oppressante, ouvriers en salopettes bleues, membres du Parti en uniformes militaires, écrans géants, diffusion incessante de messages sonores de propagande, hélicoptères de surveillance…
    En 2020, il existe des formes plus raffinées et sournoises que le régime totalitaire décrit par Orwell pour exercer la terreur et le contrôle. La servitude est souvent acceptée car elle est considérée comme un outil du progrès qui rend la vie plus facile. C’est pourquoi la dramaturgie dans la version Proscenium est en rupture avec les représentations théâtrales et cinématographiques habituelles où l’atmosphère froide et oppressante est considérée comme redondante. Grâce à la poésie, l’option est de prendre un contre-pied au côté irréversible du récit pour lui donner une notion d’espoir.

    Photos de 1984

    Commentaires

    Cliquez pour evaluer
    Encore 0 caractères avant d'envoyer
    En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les conditions générales de Out.be.
    Auteur : ()
    Deconnectez-vous pour changer de profile
    Afficher plus de commentaires

    Autres événements : Théatre / Spectacle

    Autres événements : Liège