Attention ! Cet événement a déjà eu lieu !

Informations pratiques

  • Archive
  • A propos de La vie en balançoire

    Depuis 1972, Eugène Savitzkaya travaille inlassablement à sa propre gloire et à son propre oubli, en écrivant non seulement des romans, des essais, du théâtre, mais aussi de la poésie, ce qui est toujours un peu suspect. Sélectionnant dans l’œuvre de Savitzkaya un certain nombre de textes, Bernard Breuse de Transquinquennal a demandé à l’auteur de bien vouloir venir les dire sur scène. Là, ils s’entremêlent à des chansons inédites, écrites, composées et interprétées pour la circonstance. Sur scène, Eugène Savitzkaya habite donc ses propres écrits (et de quelle manière !) et dans cet antre, avec lui, trois musiciens électriques (Maxime Bodson, Miguel Decleire, Bernard Breuse) créent leur propre musique en accord avec la matière textuelle.

    Eugène Savitzkaya est né à Saint-Nicolas-lez-Liège en 1955. Dès l’âge de 17 ans, il publie des romans, de la poésie et des nouvelles qui lui ont valu en Belgique et en France une reconnaissance précoce. Il a été pensionnaire de la Villa Médicis à Rome de 1987 à 1989. Il a obtenu pour Marin mon cœur, en 1994, le Prix Triennal du roman attribué par la Communauté française. Eugène Savitzkaya a obtenu le prix Rossel pour son roman Fraudeur, paru aux éditions de Minuit. On lui doit aussi des textes de théâtre, notamment pour Transquinquennal : La femme et l’autiste (1994), Aux prises avec la vie courante (1997), Est (2000) et Convives (2007).

    Né en 1989 d’une nécessité d’envisager le théâtre autrement, de remettre en question les pratiques traditionnelles, et de s’offrir un espace qui échappe au conformisme, le collectif Transquinquennal (Bernard Breuse, Miguel Decleire, Stéphane Olivier) ne cesse d’expérimenter intensivement la création contemporaine. Ils mettent en scène des auteurs belges, néerlandophones ou francophones : Savitzkaya, Blasband, Bekaert, Piemme et Pourveur, Henry, et d’autres encore. La lettre des chats, Ah oui ça alors là, Chômage, Est, Zugzwang, Coalition, Quarante-et-un, Calimero… plus de 47 spectacles en 30 ans. L’hétérogénéité de leur production atteste de la prise de risque qui caractérise Transquinquennal.

    Thématique(s) associée(s)

    Commentaires

    Cliquez pour evaluer
    Encore 0 caractères avant d'envoyer
    En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les conditions générales de Out.be.
    Auteur : ()
    Deconnectez-vous pour changer de profile
    Afficher plus de commentaires

    Les bons plans à Bruxelles

    Autres événements : Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

    Autres événements : Contes / Littératures

    Autres événements : Bruxelles

    Recommandations