Le portrait de Dorian Gray

Théatre / Spectacle » Professionnel

Attention ! Cet événement a déjà eu lieu !

Informations pratiques

  • Archive
  • A propos de Le portrait de Dorian Gray

    “Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder. Oscar Wilde
    Par la magie d’un vœu, Dorian Gray conserve la grâce et la beauté de sa jeunesse. Seul son portrait vieillira. Le jeune dandy s’adonne alors à toutes les expériences.
    Wilde nous lance dans une quête du plaisir et de la beauté sous toutes ses formes, belles ou atroces ; l’art n’a rien à voir avec la morale.
    L’œuvre la plus personnelle de Wilde, il disait : « Dorian Gray contient trop de moi-même, Basil est ce que je pense être, Harry ce que les gens pensent que je suis et Dorian ce que j’aurais aimé être en d’autres temps. ». Le roman qui scandalisa l'Angleterre victorienne ! Oscar Wilde fut mis en prison pour avoir vécu ce qu'il écrivait.
    Janguy (Jean-Guy Lizin) a été fasciné par le roman (chef d’œuvre d’oscar Wilde). Janguy propose une adaptation qui lui est propre, du Portrait de Dorian Gray. Il en fait pour l'occasion une véritable pièce de théâtre et la présente au Centre culturel d’Amay Le 18 avril 2020. Une version modernisée, bien construite, bon découpage, bon rythme, Janguy qui interprète Harry, a su conserver les humeurs brillantes du livre. Les répliques font mouche et, avec le ton très élégant qu'il adopte, du rire, des émotions, des grimaces, on est immédiatement happé par l'histoire.
    Le héros (Dorian Gray) est interprété par Quentin Michot, jeune comédien Hutois, brillant de tempérament, assez romantique, il doit faire merveille par l'élégance parfaite, tout enveloppé de mystère, finement, au-delà de son physique impeccable de beau ténébreux.
    Jean-Denis Fontaine, est parfait en plusieurs partitions. 3 rôles pour lui, (Basil, James Vane, Dan Godefried) des allures et des voix différentes, un jeu d’acteur assurément. Il a une présence sensible, un visage et délicatement expressif par les gestes et les répliques.
    Les femmes (Sybil Vane et Lady Stefani) sont dessinées d'un trait mais par différents caractères qu’Anne Weutens se partage, tant par la grâce, le charme et la folie !
    Marie Armelle et Sandrine Van Reeth sont exquises par un jeu des sens, qui comme un coup de baguette magique, donne un liant à l’histoire et parfois même en chansons. Nous ne pouvons également donc pas, passer à coté de la magnifique voix, de Laeticia Labadia.
    Les changements des éléments du décor épuré se font à vue, rapidement. Le récit avance inéluctablement vers une fin que les spectateurs, pour la plupart, connaissent. Mais on sent que la salle sera suspendue jusqu'à l'instant fatal, dénouement cruel et « moral », puisque le narcissisme, le pacte avec le diable, l'acceptation de l'impossible conduisent à la punition terrible.
    C’est du beau, du bon théâtre…A voir absolument !

    Commentaires

    Cliquez pour evaluer
    Encore 0 caractères avant d'envoyer
    En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les conditions générales de Out.be.
    Auteur : ()
    Deconnectez-vous pour changer de profile
    Afficher plus de commentaires

    Autres événements : Théatre / Spectacle

    Autres événements : Amay

    Recommandations