Yoel Pytowski - Lauréat Art Contest

Expo » Divers

Attention ! Cet événement a déjà eu lieu !

Informations pratiques

  • Archive
  • A propos de Yoel Pytowski - Lauréat Art Contest

    Les structures et éléments construits dans les installations semblent à première vue être des façades en brique, en pierre, ou en béton, matériel rappelant l’immuable et l’inaltérable. Mais dans un deuxième temps on s’aperçoit qu’il s’agit d’un travail de faussaire, les murs sont souples et légers, construits en bois ou plâtre, puis, recouverts d’une fine couche de béton gris.

    Cette couleur est récurrente dans le travail de Yoel Pytowski, le gris serait d’une part une couleur qui contiendrait l’ensemble de la gamme colorée pour qui sait y regarder et le laisser acquérir sa propre porosité. Car la porosité et le gris vont de pair comme l’écrit Walter Benjamin. D’autre part le gris devient alors par conséquence une surface éclatante de potentialité. Le gris devient un devenir forme.

    Les matériaux proviennent dans leur majorité des installations précédentes que l’artiste déconstruit dans le but d’être réutilisés dans une installation future. Ce processus est lié d’une part à l’importance de la réutilisation et du recyclage des matériaux. D’autre part il est lié à l’idée d’une installation qui devient presque organique et change de forme d’exposition en exposition. Après son démontage l’installation ne disparaît pas, pour reprendre Andrew Benjamin, le fait de la défaire n’est pas la détruire, c’est plutôt la repositionner.

    Ces murs, ces constructions présentes dans les installations de Pytowski, s’apparentent à des façades. Une limite entre l’intérieur et l’extérieur, mais leur confinement à l’intérieur d’un lieu remet en cause ce dernier ainsi que leur rôle en tant que limite ou bord. Ces façades donc ne sont pas utilisées dans ses installations afin de renforcer leurs fonctions d’opposition telles qu’elles le font habituellement en architecture ou en urbanisme. Au contraire, par le processus de construction basé sur la réutilisation des matériaux des installations précédentes et leur future déconstruction afin de devenir des nouvelles installations, elles sont l’annonciation d’une re-conception spatiale et architecturale. Ces murs deviennent un rideau de passage, un portail de projection mental.

    L’architecture qui contient ses installations, ainsi que celle qu’elle représente, devient poreuse pour reprendre le terme de Walter Benjamin. Un phénomène d’interpénétration apparaît alors. Non pas comme amalgamante, mais plutôt comme un continuel jeu de relations complexes redéfinissant les différences entre l’espace et le temps. Comme le remarque Andrew Benjamin cette fois « space become timed as time acquires spatiality ». L’espace et le temps s’interpénètrent, l’espace acquérant une temporalité et le temps une spatialité simultanément.

    L’intervention architecturale des installations de Yoel Pytowski confère à l’espace une étrangeté irrésolue, par des interventions rendant le lieu qui les accueille poreux. Se prend place alors une mise à distance du spectateur vis-à-vis du site et de son identité, provoquant un regard nouveau sur les lieux qui l’entourent.

    Yoel Pytowski a grandi dans plus de cinq pays, ne se sentant lié à aucun d’eux, son rapport au lieu et à l’identité est marqué par les déplacements, les repères mobiles et flous, ainsi que les contrastes culturels et sociaux. Son enfance et adolescence ont eu lieu dans des maisons en chantier, développant ainsi son intérêt envers la construction, la déconstruction et l’espace. Il tente une remise en question de leurs paradigmes par l’exploration des domaines de l’architecture, de l’écrit et du dessin.

    Commentaires

    Cliquez pour evaluer
    Encore 0 caractères avant d'envoyer
    En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les conditions générales de Out.be.
    Auteur : ()
    Deconnectez-vous pour changer de profile
    Afficher plus de commentaires

    Autres événements : Le Botanique

    Autres événements : Expo